Sand : transposition picturale

“Laissez verdure”, D. Jonhière, composition digitalisée, impression sur aluminium.

Voir : Souvenirs d’un ami : Henry Harisse

(Cité en Annexe IV, dans Correspondance, tome XXIV, pp.654-672.)

“George Sand, baronne Dudevant, née Lucile-Aurore-Amandine Dupin de Francueil, née à Paris, rue Meslay n°15 (19 actuel), le 12 messidor an XII (1er juillet 1804), mourut en son château de Nohant (Indre), le jeudi, 8 juin 1876, à dix heures du matin, dans sa soixante-douzième année.

La veille, 7 juin, vers neuf heures du soir, il n’y avait près d’elle à ce moment que sa fille et sa bru lorsqu’elles entendirent prononcer ces mots : « Adieu, adieu, je vais mourir », puis plusieurs paroles inintelligibles, finissant par : « Laissez verdure. » Solange regarda Madame Lina, comme pour lui dire que sa pauvre mère n’avait plus ses facultés ; mais en y réfléchissant, voici l’interprétation qu’elles donnèrent à ces deux mots :

Il y a dans le cimetière de Nohant, à l’angle de droite, appuyé au mur mitoyen qui le sépare du château, un petit enclos réservé, tout recouvert de broussailles et de plantes folles qui cachent la tombe du père et de la grand’mère de Madame Sand. Quand on entre dans cet enclos, on remarque une croix en marbre blanc, sans aucune inscription, et derrière cette croix, une stèle aussi de marbre blanc. Ces deux petits monuments funéraires furent érigés par Maurice et par Madame Clésinger lorsqu’on y inhuma les restes de son enfant, transférés de Paris, vers 1855, en l’absence de Madame Sand. Celle-ci, à son retour à Nohant, vit ces ornements tumulaires avec regret, ayant toujours préféré, dit-elle, au marbre, de la verdure pour des tombes.

D’après un des récits qui me furent faits, Madame Solange, lorsqu’elle arriva à Nohant, aurait trouvé, dans un petit sachet de satin bleu, un écrit de sa mère daté de 1857 ou 1858, qui commençait ainsi : « La mort n’étant pas un malheur, mais une délivrance, je ne veux sur ma tombe aucun emblème de deuil, je désire, au contraire, qu’il n’y ait que du gazon et des fleurs, des arbres et de la verdure. » Cet écrit aurait été déchiré peu après.”


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.