Sand : transposition picturale

“Laissez verdure”, D. Jonhière, composition digitalisée, impression sur aluminium.

Voir : Souvenirs d’un ami : Henry Harisse

(Cité en Annexe IV, dans Correspondance, tome XXIV, pp.654-672.)

“George Sand, baronne Dudevant, née Lucile-Aurore-Amandine Dupin de Francueil, née à Paris, rue Meslay n°15 (19 actuel), le 12 messidor an XII (1er juillet 1804), mourut en son château de Nohant (Indre), le jeudi, 8 juin 1876, à dix heures du matin, dans sa soixante-douzième année.

La veille, 7 juin, vers neuf heures du soir, il n’y avait près d’elle à ce moment que sa fille et sa bru lorsqu’elles entendirent prononcer ces mots : « Adieu, adieu, je vais mourir », puis plusieurs paroles inintelligibles, finissant par : « Laissez verdure. » Solange regarda Madame Lina, comme pour lui dire que sa pauvre mère n’avait plus ses facultés ; mais en y réfléchissant, voici l’interprétation qu’elles donnèrent à ces deux mots :

Il y a dans le cimetière de Nohant, à l’angle de droite, appuyé au mur mitoyen qui le sépare du château, un petit enclos réservé, tout recouvert de broussailles et de plantes folles qui cachent la tombe du père et de la grand’mère de Madame Sand. Quand on entre dans cet enclos, on remarque une croix en marbre blanc, sans aucune inscription, et derrière cette croix, une stèle aussi de marbre blanc. Ces deux petits monuments funéraires furent érigés par Maurice et par Madame Clésinger lorsqu’on y inhuma les restes de son enfant, transférés de Paris, vers 1855, en l’absence de Madame Sand. Celle-ci, à son retour à Nohant, vit ces ornements tumulaires avec regret, ayant toujours préféré, dit-elle, au marbre, de la verdure pour des tombes.

D’après un des récits qui me furent faits, Madame Solange, lorsqu’elle arriva à Nohant, aurait trouvé, dans un petit sachet de satin bleu, un écrit de sa mère daté de 1857 ou 1858, qui commençait ainsi : « La mort n’étant pas un malheur, mais une délivrance, je ne veux sur ma tombe aucun emblème de deuil, je désire, au contraire, qu’il n’y ait que du gazon et des fleurs, des arbres et de la verdure. » Cet écrit aurait été déchiré peu après.”

Colloque “George Sand et le monde des objets”

 

Du 19 au 22 juin, le 21e colloque international George Sand : “George Sand et le monde des objets”, organisé par le CELIS de l’UCA (P. Auraix-Jonchière, S. Bernard-Griffiths) en collaboration avec la George Sand Association (C. Masson, Wellesley College) et le LASLAR de l’Université de Caen (B. Diaz), aura lieu à la MSH de Clermont-Ferrand, puis à Nohant, en Berry.

 

Texte programmatique :

L’intitulé du présent colloque invite à prendre en considération non seulement l’œuvre de George Sand dans ses dimensions multiples, mais aussi l’environnement et le moment historique dans lequel vécut l’écrivain, sous un angle tout à la fois socio-culturel et esthétique ; il invite aussi à s’interroger sur la réception de l’écrivain et sur son éventuelle « muséification ».

Parler du « monde des objets » renvoie en effet à des approches qui relèvent de l’anthropologie, de la sociologie, de l’histoire de l’art, de l’histoire culturelle (et de l’histoire tout court) autant que de lectures – elles aussi diversement orientées – de l’œuvre, qu’il s’agisse des fictions narratives et dramatiques [1] ou des écrits autobiographiques et journalistiques. Mais le domaine de la réception n’est pas en reste : les représentations de l’écrivain par ses contemporains et jusqu’à nos jours, dans les champs de l’écrit et de l’image, fixe ou mobile, en tant qu’elles donnent à voir des portraits et sont révélatrices de l’ethos (réel ou supposé) de George Sand sous ses diverses facettes, peuvent aussi s’édifier par le truchement des objets.

Mais qu’entendre par « objets » ? L’interrogation n’est pas neuve et nous nous inscrivons dans le sillage de tout un ensemble de travaux dont les plus importants sont répertoriés dans la bibliographie ci-jointe. Si nous partons de la tentative de définition de R. Beuchat, nous pouvons avancer le raisonnement suivant :

En guise de point de départ théorique, nous assignerons deux acceptions au mot « objet ». La première, de l’ordre de la psychologie, est tournée vers l’esprit, vers le sujet : est objet tout ce qui n’est pas moi, tout ce qui est hors de moi. La seconde, fondée de façon plus positive, est orientée, elle, vers la matière. L’objet ainsi entendu conjuguera les propriétés de non vivant (la femme n’est pas un objet), de fabriqué (l’objet n’existe pas à l’état de nature), de délimité dans l’espace (le cosmos n’est pas un objet) et d’instrumental – l’objet, c’est une médiation entre le monde et moi ; c’est un moyen entre mon désir et son accomplissement. [2]

Les quatre critères discriminants majeurs ici retenus (non vivant, fabriqué, délimité dans l’espace, instrumental) sont matière à discussion. Première question : tout objet doit-il nécessairement résulter d’une fabrication technique? la transformation, le détournement de fonction ou l’artialisation d’éléments naturels qui me sont étrangers (des choses) mais dont je prends possession est-elle à proscrire? La fleur que je cueille, que je traite et que je dispose dans un herbier est-elle ou non un objet? La pierre que je ramasse, que je décore et transforme en objet décoratif, par exemple, ne change-t-elle pas de statut? Dans le premier cas, sans doute est-ce l’herbier lui-même qui constitue l’objet à proprement parler, mais il en va différemment de la collection ou de la vitrine (de pierreries, de lépidoptères, etc.), qui érigent les choses en objets et se fondent elles-mêmes en une sorte de “méta-objet”. Dans le second cas, l’acte d’appropriation et de transposition/transformation dénaturalise la pierre ainsi devenue objet à voir, à utiliser, à offrir, ou même à vendre. Les limites entre objets et non-objets sont donc moins simples à déterminer qu’on ne pourrait le penser de prime abord. La deuxième question qui se pose est celle de la valeur « instrumentale » de l’objet. En un siècle où « le bibelot s’affiche », où « la vitrine met en spectacle les articles à vendre », où « le musée s’institue et se nationalise », où « le bazar exhibe son bric-à-brac » [3], la fonction décorative de l’objet, alors non nécessairement utilitaire, n’est pas négligeable.

Une seconde proposition de définition permet de rebondir sur la précédente : lorsqu’elle tente de distinguer la chose de l’objet, M. Caraion avance que ce dernier est « la chose douée d’une finalité par rapport à l’humain » [4]. La notion de «finalité» est intéressante en ce qu’elle excède celle, plus réductrice, d’«instrumental». La finalité d’un objet peut être non seulement pratique ou marchande, mais esthétique, mémorielle, affective – cette dernière catégorie n’étant évidemment pas intrinsèque à l’objet mais tributaire des « jugements » du sujet « Quelle que soit l’acception, empirique ou transcendantale, dans laquelle on puisse parler de “choses” à la différence du sujet – en aucun cas la valeur n’est une “qualité” de celles-ci, mais un jugement à leur propos qui demeure dans le sujet » [5]. Cette relation entre le sujet et l’objet nous semble déterminante pour cerner ce dernier. Comme le rappelle M. Caraion citant J. Poirier (« L’Homme, l’objet et la chose », 1990) : « “Cet élément, inerte, matériel, neutre qu’est la chose”, l’objet ne l’est jamais totalement ; l’objet se caractérise par une donnée relationnelle forte qui le lie à l’homme, le sujet. » [6]

Nous considérons donc que l’objet, a priori produit d’une fabrication, peut désigner tout élément extérieur au sujet (à l’homme) qui lui est relié par une finalité propre (quelle qu’en soit la nature). C’est cette interaction de l’objet et du sujet qui nous semble essentielle, et elle devrait s’avérer d’autant plus fructueuse que Sand, dans sa relation au domaine de Nohant, dans ses travaux horticoles, artistiques ou plus simplement domestiques [7], dans l’intérêt ethnologique mais aussi esthétique qu’elle exprime pour l’habillement, dans son goût pour les réceptions, instaure de riches et multiples relations aux objets dont témoigne aujourd’hui la demeure ouverte aux visiteurs. Les objets prennent alors valeur de témoin.

Cette relation (de Sand aux objets et des objets à Sand) est à comprendre sous quatre angles : intime (Sand et ses objets) ; politique et social (Sand et la société marchande) ; poétique (les objets dans l’œuvre) ; scénographique (réception et muséification de l’écrivain)

Le premier axe, celui de l’intime, pourrait s’intéresser à tout objet (immobilier, bibelot, tableau, pièce vestimentaire, accessoire, livre, etc.) familier à l’auteure, que sa fonction soit sociale, affective, marchande ou même matricielle et poïétique, à l’instar de « l’écran vert » installé devant l’âtre à Nohant : « Des images se dessinaient devant moi et venaient se fixer sur l’écran vert. […] J’ai contemplé sur cet écran vert des merveilles inouïes », se souvient George Sand dans Histoire de ma vie. On pensera aussi à la dimension artistique et créative de l’objet en train de se faire, au rôle qu’il occupe dans l’espace privé ou public (les boîtes de Spa, les marionnettes, etc.).

Le deuxième axe s’intéressera au regard sociologique et politique que George Sand porte sur la société marchande qui naît au XIXe siècle, et qui fait notamment de la littérature une marchandise et du livre un objet à vendre au plus offrant. Plus généralement, on pourra se demander quel est le jugement de Sand sur la réification des rapports humains et sur ce monde des objets qui est celui de la modernité.

Le troisième axe, qui concerne les lectures de l’œuvre, pourra envisager les diverses fonctions qu’occupent les objets : transactionnelles (dons et contre dons), diégétiques, poétiques, symboliques, métadiscursives, pédagogiques ou sociologiques, dans les fictions narratives ou dans les pièces de théâtre.

Le quatrième axe aura un double objectif : cerner la réception de George Sand à son époque et à travers le temps par le prisme des objets, d’une part ; étudier les modes de valorisation actuels de l’écrivain par le biais de ce que M.-È. Thérenty et A. Wrona appellent la « mise en objets de la littérature » [8] (maisons d’écrivain, musées, exposition et objets), d’autre part.

Lieux :

19 et 20 juin : MSH de Clermont-Ferrand, UCA.

21 juin : Grenier littéraire de Nohant

22 juin : Château d’Ars

Culture :

le 20 au soir : Concert Claude Beauclair (donation Catherine Masson) à la grange aux pianos : “Voix féminines” : Pauline Viardot et la Malibran.

le 21 au matin : Visite du domaine de Nohant.

le 22 au matin : Exposition “Maurice Sand” au château d’Ars

George Sand : travaux

 

 

Direction d’ouvrages :

1)La Marginalité dans l’oeuvre de George Sand, études réunies et présentées par P. Auraix-Jonchière, S.Bernard-Griffiths et M.-C. Levet, Clermont-Ferrand, PUBP, coll. « Révolutions et romantismes », 2012.

18E/19E SIECLES > Collection RÉVOLUTIONS ET ROMANTISMES > 2012

La Marginalité dans l’oeuvre de George SandNuméro 20. Ouvrage Collectif. Sous la direction de Pascale Auraix-Jonchière, Simone Bernard-Griffiths et Marie-Cécile Levet.

Souvent qualifiée avec quelque complaisance de « bonne dame de Nohant », George Sand n’a pourtant cessé d’explorer dans ses écrits, et jusqu’à la fin de sa vie, ce qui était à la marge : de la société, de l’Histoire, des genres littéraires. S’intéressant aussi bien à ces espaces physiques et psychologiques loin des sentiers battus qu’à ceux qui les hantent ; soulignant subtilement les hiatus qui trahissent le désaccord ou la remise en question des consensus sociaux, politiques ou religieux et un rapport somme toute ambigu à l’Histoire ; s’interdisant de s’enfermer dans un carcan générique pour mieux s’approprier des modèles antérieurs afin de les faire pleinement siens, George Sand, dans ses romans, ses contes, ses pièces de théâtre et ses « fantaisies », construit une authentique poétique de la marge qui révèle la fécondité de la notion d’écart.

2)Dictionnaire George Sand, S. Bernard-Griffiths et P. Auraix-Jonchière (dir.), Paris, Honoré Champion, coll. « Dictionnaires et références », 2015, 1266 p. (Entrées : « Le Château des Désertes », « Conte », « Les Dames vertes », « L’Homme de neige », « Lucrezia Floriani », « Mythes féminins », « Tamaris » in Dictionnaire George Sand.)

Avec ses 181 entrées par œuvre, ses 143 entrées thématiques et ses 84 collaborateurs, ce Dictionnaire souhaiterait donner une vue d’ensemble d’une « œuvre-vie » qui compte parmi les grandes aventures scripturales du siècle romantique. Ont été prises en compte la pensée philosophique, politique et religieuse, la quête identitaire, la construction d’un monde imaginé qui s’expriment dans la diversité des genres et des modes d’écriture et s’unifient autour de figures archétypales, de thèmes et de motifs récurrents. Les conditions de la production littéraire et la réception de l’œuvre en Amérique, en Asie, en Europe, ont aussi fait l’objet d’études.

Simone Bernard-Griffiths, professeur émérite de Littérature française du XIXe siècle à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, est l’auteur d’une cinquantaine de publications sur George Sand, qu’il s’agisse d’articles ou de recueils collectifs dirigés ou codirigés.

Pascale Auraix-Jonchière, professeur de Littérature française du XIXesiècle à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand où elle dirige le CELIS (Centre de recherches sur les Littératures et la Sociopoétique), est l’auteur d’une trentaine d’articles sur George Sand.

Ouvrage à paraître:

George Sand et la fabrique des contes, classiques Garnier, 2017.

Articles :

1) « Du « château neuf « au « château vieux », imaginaire et identité dans L’Homme de neige de George Sand », in Châteaux et littérature entre Lumières et modernité, Clermont-Ferrand, PUBP, coll. « Révolutions et Romantismes », n°6, 2004.

2)« Variations autour du complexe d’Empédocle : volcan et sublimation du moi dans la littérature du XIXe siècle (Sand, Verne, Schwob) », in L’uomo e il vulcano, A. Aruta Stampacchia (dir.), Naples, Schena editore, 2004, vol. I, pp. 109-125.

3)« L’île et le romanesque dans l’oeuvre de G. Sand », in George Sand 1804-2004 L’île et la dame de Nohant, resp. A. Santa, C. Vicens, Estudi general Lul. Lià de Mallorca, coll. « Leccio Mallorca en elmon », 2004.

4)« Les châteaux sandiens ou la double postulation romantique », in Châteaux romantiques, P. Auraix-Jonchière et G. Peylet (dir.), Bordeaux 3, « Eidôlon », 2005.

5)«“ La Filleule” de George Sand, une figure métapoétique ? », in La bohémienne, figure poétique de l’errance aux XVIIIe et XIXe siècles, P. Auraix-Jonchière, G. Loubinoux (dir.), Clermont-Ferrand, PUBP, coll. « Révolutions et Romantismes », n°8, 2006.

6)« La bohémienne aux oiseaux : pour une poétique de la fantaisie dans Teverino », in George Sand Studies, D. Laporte (dir.), Kent State University, 2007.

7)« Géopoétique de l’Eden sandien : André, Evenor et Leucippe, Marianne » in Fleurs et jardins dans l’oeuvre de G. Sand, S. Bernard-Griffiths, M.-C. Levet (dir.), Clermont- Ferrand, PUBP, « Révolutions et Romantismes », 2007.

8)« Mythopoétique de l’espace dans Le Château des Désertes et Lucrezia Floriani », in L’Écriture sandienne, pratiques et imaginaires de l’écriture, actes du colloque international de Cerisy-La-Salle (juillet 2004), B. Diaz, I. Naginski (dir.), Presses Universitaires de Caen, 2007.

9)« Le “château des étoiles”, théâtre de l’intériorité », in George Sand, musique et théâtre, actes du colloque du Château d’Ars (sept. 2004), M. Cahors (dir.), Clermont-Ferrand, PUBP, coll. « Révolutions et Romantismes », 2007.

10)« La femme au miroir des âges dans la fiction sandienne », in L’intergénérationnel, Revue « Philologia », Cluj, 4/2008.

11)« George Sand et la magie des neiges », in Magie des lieux. Mélanges Claude Foucart, S. Bernard-Griffiths, A. Santa (dir.), Clermont-Ferrand, PUBP, 2008.

12)« Mythe de la naissance du héros et roman familial dans quelques romans sandiens » in Famille et relations familiales dans les littératures française et francophone, K. Bednarova et J. Trularova (dir.), Bratislava, Université Comenius, faculté des Lettres, 2008.

13)« Le jardin de Narcisse (George Sand) ou les simulacres de l’intime » in Jardins et intimité dans la littérature européenne (1750-1920), S. Bernard-Griffiths, F. Le Borgne, D. Madelénat (dir.), Clermont-ferrand, PUBP, « Révolutions et Romantismes », 2008.

14)« Fable et poésie dans le roman champêtre : Jeanne (1844) et La Petite Fadette (1848) », in L’ull critic, Lleida, n°13-14, George sand, la Dame de Nohant, les romans champêtres, 2009.

15)« Jeanne, une Isis gauloise ? (Jeanne de G. Sand) », in Histoire et enchantements, Mélanges offerts à S. Bernard-Griffiths, Clermont-Ferrand, PUBP, coll. « Révolutions et Romantismes », 2009.

16)« Nord de George Sand et Barbey d’Aurevilly », in Dictionnaire des lieux et pays mythiques, O. Battistini, J-D. Poli, P. Ronzeaud, J-J. Vincensini (éds.), Paris, Bouquins, Robert Laffont, 2011.

17)« Intertextualité et parole oraculaire dans Isidora », in Intertextualité et polyphonie. George Sand (colloque de Dublin), Peter Lang, 2011.

18)« La figure de Marie-Madeleine dans Isidora de George Sand (1845) », Formes bibliques du roman au XIXe siècle, Garnier, 2011.

19)« Rhapsodie sandienne sur la Dame blanche : du légendaire à la magie personnelle », in Magie et magies dans la littérature et les arts du XIXe siècle français, S. Bernard-Griffiths et C. Bricault (dir.), Clermont-Ferrand, PUBP, coll. « Révolutions et Romantismes » n°19, 2012, p. 171-187.

20)« Représentation insulaire et frontière des genres dans l’oeuvre de George Sand : l’exemple de Tamaris », in De l’île rêvée à l’île fantasmée. Voyages, littérature(s) et insularité (XVIIe-XXe siècles), D. Cooper-Richet, C. Vincens-Pujol (dir.), Paris, éd. Nouveau monde, 2012, p. 197-210.

21)« Le dévoilement inutile : enjeux sociopoétiques de la figure de l’androgyne dans Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier et Gabriel de George Sand », in Romantisme, N°158, Paris, Armand Colin, 2012, p. 97-109.

22)« A l’horizon des contes, Les Ailes de courage de George Sand : variations sur l’envol », in Alors je rêverai des horizons bleuâtres… Études dédiées à Barbara Sosien, Cracovie, Wydawnictwo Uniwersytetu Jagiellonskiego, 2013, pp. 309-321.

23)« Comment naît le “romanesque” ? Enonciation narrative et spatialité dans le prologue de L’Homme de neige de George Sand », in Enonciation et spatialité. Le récit de fiction (XIXe-XXIe siècles), F. de Chalonge (éd.), Lille, coll. UL3 Travaux et recherches, 2013, pp. 129-141.

24)« Le théâtre à l’épreuve. Hamlet, matrice identitaire et performance dans L’Homme de neige », in Ecriture, performance et théâtralité dans l’oeuvre de George Sand, C. Nesci et O. Bara (dir.), Ellug, 2014, p. 113-124.

25)« Le Nuage rose (1872) ou l’écheveau des contes », in Cahiers George Sand, N°36, 2014, S. Bernard-Griffiths (dir.), p. 59-77.

26)« Modalités et fonctions du syncrétisme mythologique dans Jeanne et Isidora de G. Sand », in Syncrétismes, mythes & littératures..., Clermont-Ferrand, PUBP, Maison des Science de l’Homme, 2014, p. 205-221.

27)« Seuils et frontières dans les Contes d’une grand-mère de George Sand », in Le Mouvement des frontières. Déplacement, brouillage, effacement, P. Antoine et W. Nitsch (dir.), Clermont-Ferrand, PUBP, coll. « Littératures », 2015, p. 185-194. Et « Seuils et frontières dans les contes et féeries de George Sand », 2013, CRLV, http://www.crlv.org/colloque/le-mouvement-des-frontières.

28)« “La Reine Coax” (G. Sand, Contes d’une grand-mère), une « écriture palimpseste », in Tropelías : Revista de Teoría de la Literatura y Literatura Comparada, n° 23, 2015, p. 3-13.

29)« Poétique de la description paysagère dans Contes d’une grand-mère de George Sand », in Poétiques du descriptif dans le roman français du XIXe siècle, A. De Georges-Métral (dir.), Paris, classiques Garnier, 2015, p. 149-161.

30)« Parure féminine et épiphanie romanesque dans quelques romans sandiens », in La Mode et le vêtement dans l’oeuvre de George Sand, F. Kerlouégan (dir.), Cahiers George Sand n° 38, 2016, p. 93-109.

31)« Voyage au pays des fleurs : pensée politique et conte merveilleux dans l’oeuvre de George Sand », in L’ull critic 19-20, Angels Santa & Philippe Antoine (éds.), Lleida, 2016, p. 325-340.

32)Entrée : « Sand (George) : Le Piccinino », in Dictionnaire littéraire des fleurs et des jardins (XVIIIe-XIXe siècles), P. Auraix-Jonchière et S. Bernard-Griffiths (dir.) avec la collaboration d’Éric Francalanza, Paris, Honoré Champion, coll. « Dictionnaires et références », 2017, p. 645-653.

A paraître :

“La poétique du conte dans les romans champêtres, une clé pour l’idéalisme ? L’exemple de La Petite Fadette, colloque de Louvain-la-Neuve, D. Zanone dir., Champion, 2013.

“George Sand : la Fable, un espace pour l’utopie ?”, VIIe congrès de la SERD, Le XIXe siècle face au futur, 2016.

“George Sand et Marie-Catherine d’Aulnoy : intertexte et condition féminine”, colloque de Vérone, 2015.

“Le bohémianisme, entre ethos et poétique dans l’œuvre de George Sand”, Bohémiens et marginalité, S. Bauer et P. Auraix-Jonchière dir., Berlin, Frank & Timme, 2017.

La Reine Coax et Le Roi grenouille, un espace pour repenser la féminité”, colloque “Le Roi grenouille des Grimm (KHM1) : quelle destinée dans la littérature de jeunesse ?” , revue Ondina/Ondine, dir. C. Connan-Pintado & C. Tauveron, 2017.

“Les Contes d’une grand-mère, des écofictions avant la lettre ?”, colloque “George Sand et les sciences de la vie et de la terre” (2016), M. Watrelot dir., PUBP, “Révolutions et romantismes”, 2018.

 Nouvelle et roman : le dialogue de deux formes littéraires dans l’oeuvre de George Sand”,  The long and the short of it, New-York Université, dir. C. Bernard et C. Massol, 2017.